Éloge de la Transmission

s-edelwess-fanny-dussol-8

Dans son Histoire de la Beauté ( Seuil, 2004 ), George Vigarello voit dans la Monarchie de Juillet orléaniste ( 1830 – 1848 ) le berceau de la Parisienne iconique, figure de la femme active, mobile, égérie de la modernité dont la ville est l’espace de civilité privilégié: la promenade s’érige en art de voir et d’être vu; la beauté est sociale, travaillée, usant des apprêts de la cosmétique, des artifices et de l’arrangement esthétique. Insatiable Peintre de la vie moderne, Charles Baudelaire ( 1821 – 1867 ) ne tardera d’ailleurs pas à composer son vibrant Éloge du maquillage… La Parisienne, cette ambassadrice d’un French art de vivre mythifié que Fanny D, Booby Vénus nacrée à l’œil acéré, ne manque pas de perpétuer près de deux siècles après 😉

Publicités

4 réflexions sur “Éloge de la Transmission

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s