Du néo Platonisme revisité

By Scott S

 » Mes yeux, épris de belles choses, et mon âme, en même temps éprise de son salut, n’ont d’autre force pour s’élever au ciel que de contempler toutes ces beautés. Des plus hautes étoiles descend une splendeur qui tire à elles notre désir, et qui se nomme, ici-bas, Amour. Et le cœur noble n’a autre chose qui l’emplisse d’amour, l’enflamme et  le guide, qu’un visage, semblable aux étoiles, dans les yeux (…). «  A travers cette envolée rhétorique Michel-Ange se fait l’écho du néo Platonisme de Marsile Ficin (1433-1499), si caractéristique du Rinascimento culturel florentin: créature privilégiée évoluant au centre du Cosmos, l’homme est le miroir terrestre de Dieu, matière et pesanteur corporelle accédant à la connaissance de l’Etre (majuscule) dans la contemplation du monde sensible. Suprême métaphore d’une quête d’absolu qui, religieuse ou sécularisée, par essence subjective et multi-facettée, n’aura de cesse de sous-tendre l’idée de Beauté…

ps: La photo de cette Grâce upper raffinée est l’oeuvre de Scott Schuman.

Publicités

2 réflexions sur “Du néo Platonisme revisité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s