De la Prose poétique (2)

06cdc884452af6c7dc3942604519aa2e

Avant Witold Gombrowicz et son plaidoyer inspiré (cf. le précédent article) le philosophe et sociologue allemand Georg Simmel (1858-1918) s’était déjà posé en analyste acéré de la métropole moderne, creuset  d’une expérience existentielle inédite exposant l’homme à des sollicitations permanentes et multiples. Lumineux versant de ce maelström sensitif aussi exaltant qu’aliénant, la sylphide citadine  (re-allez, extrapolation certes un brin baroque mais en rien hors-sujet) participerait ainsi, dans cet esprit, de cette torrentielle effervescence sensorielle, vestale enchanteresse d’une modernité trépidante, échevelée et galopante.

ps: Cette photo de Mademoiselle A. , renversante beauté au hiératisme über délicat, est l’oeuvre de la talentueuse MarieScapes.

Publicités

7 réflexions sur “De la Prose poétique (2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s