L’Enchantement

577720_507815382614447_1102769505_n

Dans son essai Les Enchanteresses, consacré à la musique « langue universelle de la nature » en général et à l’Opéra « domaine d’expression des passions, des affetti, de la surenchère affective » en particulier, l’érudit critique genevois Jean Strarobinski évoque la parenté du texte poétique et du charme, puis définit l’enchantement, ces « voix qui appellent, qui détournent le voyageur, le réduisent en captivité en lui promettant bonheur ou plaisir : les sirènes, les ondines (ps: ou nymphes, génies des eaux dans la mythologie germanique), les magiciennes » . Suave mélodie qu’Alix ne manque pas d’entonner, tant l’art de la dégustation de café se fait facétieux et langoureux appel de la chair ici !

In his essay The Enchantresses, dedicated to the music generally « universal language of the nature » and in the Opera « domain of expression of the passions, the affetti, the emotional higher bid  » in particular, the Genevan critical scholar Jean Strarobinski evokes the relationship of the poetic text and the charm, then defines the delight, these « voice which call up, which divert the traveler, reduce him to captivity by promising him happiness or pleasure: sirens, ondines (ps: or nymphs, spirits of the waters in the Germanic mythology), the magicians ». More than Pleasant Melody that Alix does not miss to intone, so much the art of coffee tasting sounds like a sweet and languid call of the flesh here !

Publicités

4 réflexions sur “L’Enchantement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s