With All The TIMELESS Appeal of « Swinging London » : Jean Shrimpton by David BAILEY in VOGUE US (1962)

Je ne me lasserai jamais de gloser sur la force de ces images ô combien emblématiques qui, tout en exaltant majestueusement l’esprit de leur Temps, participent de fait des canons esthétiques d’une certaine Elégance intemporelle : comme autant d’Iconiques (ET le terme est Franchement loin d’être galvaudé avec le duo Shrimpton/Bailey) sources d’Inspiration hautement dignes d’être intronisées au Panthéon du GLAMour universel . . .


Actually I am always strucked by these emblematic pictures which majestically exalt their singular Time, while taking part of Timeless Elegance‘s aesthetic standarts : as much Iconic (and this idea is frankly far to be tarnished with Shrimpton/Bailey’s duet) Inspiration’s sources highly worthy of being enthroned into a (so fantastical) Pantheon of Universal Glam . . .
Publicités

25 réflexions sur “With All The TIMELESS Appeal of « Swinging London » : Jean Shrimpton by David BAILEY in VOGUE US (1962)

  1. Ahh, Jean Shrimpton, she was the first lady to wear a 'minidress' at the Melbourne Cup Racing Day here in Australia all those years back, shocked those conservatives silly. I love the enigmatic classicism of this photo.P.S. I agree, Camilla Skovgaard is one incredible woman!

    J'aime

  2. Love this woman. What an enigma, what class, what iconic stature. Beautiful photograph (are there any bad ones?) and beautiful woman.So classy and so inspiring!Hope all is well with you :)Have a great weekendAnikaxx

    J'aime

  3. Cette photo nous prouve que la féminité peut se dégager par un geste, une position ou tout simplement une posture et non par le vêtement.La féminité pour moi c'est l'allure qui est le contraire d'une élégance apprêtée.P.S : Pourquoi ne pas se mettre à la photo, toi qui a l'air d'être si passionné !Bonne journée.

    J'aime

  4. @Soizic : Mmmh alors je t'avouerai qu'à cet instant mes compétences en matière de technique photographique flirtent allègrement avec le Néant . . . Mais que je ne suis pas à l'abri d'être en proie au fameux « zèle du converti » !!!ps: Merci Infiniment pour ton commentaire : la Prestance et la Grâce au delà de l'Apparat . . .à Bientôt, Antoine

    J'aime

  5. Swinging Sixties. Fin des années 60. Euphorie Londonienne. Mode. Fréquentation des galeries d'art à leur paroxysme. Un photographe: David Bailey. Attitudes libertines. En contemplant cette photo, je m'imagine assise dans un café, enfumée de la cigarette que je pourrai tenir entre mes doigts, portant une mini-jupe.Une vision utopique…Bises!M.

    J'aime

  6. cette photo aurait été parfaitepour faire de la pub à…un déo !!!quelle grace…quelle élégance…et ce, en montrant ses dessous de bras (c'est agaçant quand même)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s